Recherche

Nos formations et livres


Accueil arrow Les LIVRES de MOSAIQUE arrow Notre livre : Votre site web et votre boutique en ligne avec Joomla et VirtueMart
Notre livre : Votre site web et votre boutique en ligne avec Joomla et VirtueMart Suggérer par mail

Les premières pages du livre :  "Votre site web et votre boutique en ligne avec Joomla et VirtueMart ", par Alain Mathieu et Dominique Lerond, MOSAIQUE Informatique, aux éditions Micro Application

Le concept du CMS

Même s'il est d'usage de comparer Internet à une toile d'araignée, l'image n'est que partiellement fondée… Car les arachnides ont pour habitude de tisser seules… Or la toile du web, qui s'étend toujours chaque jour plus que la veille, est l'œuvre d'un nombre important et croissant d'acteurs. Webmestres, informaticiens, scientifiques, journalistes, blogueurs, marchands, passionnés en tous genres de sujets en tous types, chacun d'eux, chacun de nous, en tisse, à tout instant, une maille supplémentaire, participant ainsi à ce fantastique accroissement de la mise en ligne des connaissances technologiques, culturelles et artistiques, révolution majeure de la dernière décennie.
Chaque jour voit de nouvelles techniques naître, des habitudes changer, des internautes plus curieux mais aussi, forcément, plus pressés de savoir, de découvrir, d'essayer, et aussi de laisser leur propre trace dans la mémoire sans fin du réseau.

Plus question, en effet, de se limiter à la consultation passive de sites construits uniquement de textes et d'images. Musiques, films, forums, chats, messagerie instantanée, réponses aux articles sont les constituants du web moderne.


Et puis, il y a le commerce électronique… Cette révolution dans la révolution, fonctionnalité balbutiante hier encore, parfaitement mature aujourd'hui, capable même de faire vaciller certaines grandes structures commerciales, construites sur des techniques de vente traditionnelles, et qui payent très cher l'erreur de ne pas avoir anticipé la vague déferlante du commerce en ligne.

Passionnant mais bouillonnant, pourvoyeur de richesses intellectuelles et financières pour certains, de rêves et de désillusions pour d'autres, le web est sans merci et ne laisse pas place à l'inefficacité. Que l'on soit rédacteur ou commerçant, on ne crée plus aujourd'hui des pages comme on le faisait il y a encore quelques années. Performance et rentabilité sont les maîtres mots de la réussite, en matière de gestion du contenu rédactionnel, qui ne peut plus s'opérer de façon artisanale. Et c'est tout naturellement en réponse à ce besoin de productivité que sont nés les systèmes de gestion de contenu.

L'objectif de ce livre est de vous présenter Joomla. A nos yeux, Joomla est le système de gestion de contenu le plus abouti et le plus polyvalent, capable ainsi, par exemple, de se transformer en forum de discussion, en galerie d'images et surtout, comme vous le découvrirez dans la seconde partie de cet ouvrage, en site de commerce électronique.
Mais alors, qu'est-ce donc qu'un système de gestion de contenu ? Avant de pouvoir répondre à cette question, il est nécessaire d'expliciter les techniques traditionnelles de réalisation d'un site Internet.

Le monde avant les systèmes de gestion de contenu : techniques traditionnelles de construction de sites Internet

Pour comprendre l'intérêt des systèmes de gestion de contenu, il vous faut bien différencier les deux familles de sites web en ligne à ce jour : les sites statiques et les sites dynamiques.

Créer un site statique, une technique aujourd'hui dépassée

Toutes les pages qui composent les sites web que vous visitez, respectent des normes de conception, celles du langage XHTML, nouvelle mouture du langage HTML.

Le HTML (Hypertext Markup Language) est un langage de mise en forme de documents, employé afin d'afficher les contenus des pages web dans les navigateurs Internet. Ce langage est une variante du SGML (Standard Generalized Markup Language).

La structure du HTML est fondée sur l'utilisation de "balises", qui sont des instructions permettant la mise en forme des documents, essentiellement composés de textes et d'images. L'une d'entre elle est fondamentale, puisqu'elle autorise de créer des liens dits "hypertexte", qui permettent, par simple clic sur une chaîne de caractères ou sur une image, d'ouvrir une autre page. Cette fonctionnalité, qui autorise les sauts d'une page à une autre, est à l'origine de l'expression "surfer sur le web".

En complément du code HTML, il est fréquent de trouver, greffées dans les pages, des fonctionnalités complémentaires, telles que des animations sophistiquées en technologie Flash, des vidéos ou des morceaux de code Javascript. Ces derniers sont utilisés afin de pouvoir réaliser des traitements impossibles en HTML, tels que des validations de données dans des formulaires (zones de collectes d'informations structurées), des calculs ou encore certains types de menus dits déroulants.

Autre complément aujourd'hui indissociable des pages HTML, les feuilles de style en cascades (dont l'extension de fichiers est .ccs), traduction française de l'expression "Cascading Style Sheet" et dont la fonction est de gérer la mise en forme des pages. L'utilisation des feuilles de style a constitué un progrès majeur car elle a simplifié considérablement la lecture du code HTML.

Remarque    "Page HTML", un abus de langage

Parler de "pages HTML" est aujourd'hui un abus de langage puisque le HTML a été remplacé par le XHTML. Cette expression est toutefois très répandue et nous l'utiliserons dans ce qui suit pour désigner les pages écrites en langage XHTML.

La méthode la plus simple, et la plus ancienne également, pour réaliser un site web, est celle dite du "site statique". Dans un tel site, les pages sont écrites par le webmestre, en langage XHTML, soit par une saisie totale du code dans un éditeur de texte, tel que le bloc-note, soit par le biais d'un logiciel de création de pages WYSIWYG tel que Dreamweaver.

Remarque    Editeur de texte et générateur de code WYSIWYG

On nomme "éditeur de texte" un logiciel simple, qui peut être comparé à un traitement de texte qui ne disposerait pas de fonctionnalités de mise en forme du texte. Le langage XHTML étant un langage de mise en forme de documents, c'est en effet le code de la page et celui de la feuille de style à laquelle elle est rattachée qui contiennent les instructions de mise en forme.

Le terme WYSIWYG, quant à lui, est un acronyme de "What You See Is What You Get". Cette expression, qui peut être interprétée par "vous voyez ce que vous obtiendrez" est utilisée pour désigner le mode de fonctionnement des logiciels de création de pages web, tels que le célèbre Dreamweaver. A la différence d'un simple éditeur de texte, ceux-ci se présentent sous la forme d'un traitement de texte simplifié, disposant d'une interface dédiée à la réalisation des mises en forme des textes et des images ainsi qu'aux insertions d'objets dans les pages tels que des applications en technologie Flash ou de traitements prédéfinis en langage Javascript. Les actions effectuées sont ensuite transformées en langage XHTML, comme si ce dernier avait été tapé manuellement dans un éditeur de texte.

Le plus souvent, la visite d'un site web débute par la page d'accueil. Celle-ci se nomme quasi invariablement "index". Si le site est construit de façon "statique" (entendez "sans utilisation d'un langage de programmation générant les pages HTML"), elle porte l'extension .htm ou .html.

Les navigateurs Internet, dont la finalité est d'interpréter le code des pages et d'afficher le résultat de cette interprétation, sont programmés, lorsqu'un nom de domaine est saisi dans leur barre d'adresse, pour s'assurer de l'existence d'une telle page et pour l'ouvrir, dans l'affirmative. Si tel n'est pas le cas, le navigateur affiche un message indiquant qu'il ne peut afficher la page.

Remarque    Nom et extension d'un fichier

L'extension d'un fichier est un terme qui indique une courte chaîne de caractères qui est ajoutés après le nom du fichier et qui indique son appartenance à une famille. Ainsi, les fichiers portant l'extension .htm ou .html font partie de la famille des pages web statiques. Nom de fichier et extension sont toujours séparés par un point

La visite d'un site ne commence toutefois pas obligatoirement par celle de la page d'accueil, l'internaute, venant généralement d'un moteur de recherche, pouvant commencer son parcours depuis n'importe quelle page du site et se déplacer vers les suivantes en utilisant les liens hypertexte qui permettant une navigation sur le site.

Une autre raison, pour un internaute, de débuter son parcours sur un site web, peut être d'avoir enregistré l'adresse de la page dans ses favoris, encore nommés marque-pages, et qui sont des adresses de pages mémorisées et stockées dans les navigateurs Internet.

Comprendre les principes des sites dynamiques

Deuxième catégorie de sites web, ceux dits "dynamiques"… Ils se distinguent des sites statiques dans la mesure où les pages qui les composent sont générées par des programmes, selon les requêtes réalisées par les internautes, et qui peuvent prendre des formes diverses (zones de texte, cases à cocher, listes déroulantes, boutons d'options, …).

Parmi les composants techniques susceptibles de réaliser de tels traitements, les plus utilisés sont incontestablement les composants open source Linux (système d'exploitation), Apache (serveur web), PHP (langage de programmation) et MySQL (base de données). On retrouve cette configuration chez la quasi totalité des hébergeurs.

Nombreux sont les utilisations qui peuvent être faites des rouages du web dynamique : commerce électronique, en premier lieu, mais aussi forums, blogs, réseaux sociaux, jeux en ligne, pour ne citer que les applications les plus répandues.

L'un des tournants majeurs du web dynamique, ces dernières années, fut sa démocratisation. Petites et moyennes structures commerciales l'adoptent, y voyant une technologie beaucoup plus efficace et beaucoup moins couteuse que celle du traditionnel web statique. Quant aux particuliers, nombre d'entre eux l'utilisent sans même en avoir conscience, en publiant leurs articles sur des blogs, par exemple. Facilité de mise à jour par interface directement accessible depuis un navigateur web, de n'importe quel poste connecté à Internet, aucun logiciel à installer sur le PC, optimisation du référencement dans les moteurs de recherche sont les séduisants atouts du web dynamique, auxquels il est difficile de résister.

C'est donc très naturellement sur cette vague que se sont développés les CMS (Systèmes de Gestion de Contenu), outils de création et de mise à jour de sites, et dont le principal avantage est de délester le webmestre des tâches de création des pages pour lui permettre de se concentrer sur le contenu rédactionnel du site.

 

Comprendre les principes des CMS (serveur web, base de donnée, code dynamique)

Les avantages du CMS

Les principes de fonctionnement des systèmes de gestion de contenu (dénommés "CMS", pour "Content Management System", ou encore "SGC", pour "Système de Gestion de Contenu",) sont, globalement, toujours les mêmes. Bien les comprendre est donc un atout important pour un webmestre utilisant Joomla.

Les CMS sont des systèmes de publication sur Internet. Leurs mécanismes sont préfabriqués : édition du contenu des pages (textes et images), fonctionnalités en tous genres qui nécessitaient il y a peu des développements spécifiques lors de la création d'un site, …. Implémenter d'un site web au moyen d'un CMS consiste donc à paramétrer celui-ci.

Le webmestre ayant déjà créé, de toutes pièces, un site statique par des techniques traditionnelles, sera immédiatement et agréablement surpris par l'efficacité d'une telle solution, en termes de temps de mise en place (finis, les nombreux jours de débogage et de tests).
Sa seconde surprise sera certainement la facilité qui s'offrira à lui en ce qui concerne la mise à jour du contenu éditorial et qui s'opérera simplement, depuis une interface d'administration en ligne. La quantité de pages qu'il mettra en ligne s'en trouvera certainement accrue, de même que leur qualité, puisque la tâche du webmestre se limitera à la rédaction du contenu rédactionnel, à laquelle s'ajouteront quelques opérations simples de mise en forme, opérées par les commandes proposées sur l'interface.

En outre, toute modification effectuée (mise à jour d'un catalogue, date d'événement, modification de tarif, …) sera visible instantanément pour tout visiteur du site.

Enfin, et cela n'est pas le moindre avantage, le webmestre, par simple mise à jour de son système de gestion de contenu, bénéficiera de toutes les améliorations apportées par l'équipe de développement du produit, presque toujours gratuitement puisque issu du monde de l'Open Source, soucieuse d'apporter à leur "bébé" toutes les nouvelles fonctionnalités qui ne manqueront pas d'apparaître sur Internet.

Remarque    Le monde de l'OpenSource

On peut traduire ce terme par "Source Ouverte". Il désigne les logiciels disposant d'une licence autorisant la libre redistribution du produit et dont le code informatique est libre.
Les programmes open source sont généralement de bonne qualité puisque l'ouverture du code à de nombreux programmeurs favorise l'amélioration des produits

Ajoutons à cette liste, déjà longue, d'arguments positifs en faveur de l'utilisation d'un CMS, que ce dernier s'installe en un temps record (moins d'une heure en général) et il sera aisé de comprendre pourquoi tant de personnes utilisent aujourd'hui des systèmes de gestion de contenu.

Intéressons-nous maintenant aux principes techniques qui régissent les CMS, et particulièrement Joomla…

L'idée fédératrice est de séparer les contenus à proprement parler, que représentent les textes, les images et, d'une manière générale, les objets insérés dans les pages, de leur mise en forme, effectuée par un choix en matière de polices de caractères, de couleurs et d'habillage graphique principalement.

Les contenus sont stockés dans une base de données (MySql dans presque tous les cas), alors que les directives relatives à la présentation sont dans des feuilles de styles, les fichiers dans lesquels sont enregistrées les particularités de mise en forme des pages du site.

Ainsi, il est possible, sans changer une virgule du contenu rédactionnel du site, d'en modifier l'apparence radicalement (il suffit de modifier la ou les feuilles de style qui leur sont appliquées).

Vous pourrez, par exemple, utiliser des modèles de présentation différents en fonction des périodes de soldes, ou des fêtes à venir afin de changer l'aspect de votre site, sans devoir modifier les textes et les images qu'il renferme.

 

La mise à jour immédiate du site

L'un des principaux avantages du CMS est la mise en ligne immédiate de toute modification des pages du site. Pour bien le comprendre, il est nécessaire de commencer par décrire le mode de fonctionnement de la publication traditionnelle d'un site web.
Lorsque le site est construit et mis en ligne de façon traditionnelle, c'est-à-dire sans utilisation d'un système de gestion de contenu (au moyen d'un logiciel tel que Dreamweaver, par exemple), le webmestre construit une version dite "locale" du site sur son ordinateur. Il "publie" ensuite cet ensemble de fichiers chez son hébergeur afin que le site soit dit "en ligne", terme synonyme de "accessible depuis Internet".

Cette méthode présente un inconvénient majeur : toute mise à jour du contenu rédactionnel du site doit être suivie d'une nouvelle publication, action chronophage, fastidieuse et répétitive.

Avec un système de gestion de contenu, les choses sont différentes. Les personnes en charge d'effectuer la mise à jour du contenu rédactionnel du site voient, tout comme les internautes, les modifications apparaître en ligne dès leur validation, c'est-à-dire immédiatement. La phase de publication est supprimée, les données étant stockées dans une base de données et non plus en tant que pages HTML indépendantes. Ce principe simplifie considérablement les choses et rend les travaux de rédaction accessibles à tous, y compris aux non informaticiens.

Sur un CMS tel que Joomla, le travail collaboratif est très facile à coordonner (ce qui n'est pas le cas lorsque le site est publié de façon traditionnelle. De nombreux rédacteurs peuvent ainsi travailler en même temps à la mise à jour du site. On retrouve même, dans la chaîne de production, les phases de soumission et de validation des articles qui caractérisent les méthodes de travail de la presse traditionnelle, sur journaux papier. Les auteurs écrivent et soumettent leurs articles (qui sont stockés sur le site mais ne sont pas encore visibles des internautes), les éditeurs les corrigent éventuellement puis les valident. Quant aux administrateurs, leur rôle est d'assurer le bon fonctionnement du système et de l'améliorer. Tous accèdent au site via un simple navigateur Internet. Les contenus et la plupart des paramètres sont stockés dans la base de données.

Quand le site est visité par un internaute, les pages n'existent pas encore, à la différence des pages HTML qui constituent un site statique. Elles sont créées dynamiquement, en fonction des demandes (nommées "requêtes") effectuées par les internautes.

Un CMS ne requiert donc aucune installation logicielle sur l'ordinateur du webmestre. Celui-ci est, en outre, libre de travailler sous le système d'exploitation de son choix (Windows, Linux ou Mac OS).

L'interface d'administration du site est affichée dans les navigateurs des auteurs, des éditeurs et des administrateurs, avec des fonctionnalités plus ou moins étendues, selon le niveau hiérarchique de l'individu (les administrateurs étant les seuls à disposer de toutes les fonctions du système).

Lire un autre extrait du livre "Joomla! Guide complet"

Création de sites Internet à Nancy

Apprendre à créer et à administrer son site web



 
< Précédent   Suivant >



 

Advertisement
© 2017 Formation - Création de sites web - Nancy - 54 - Lorraine
Reproduction interdite - Visitez également www.mosaique-informatique.com.